L'Agence de l'entrepreneuriat en Méditerranée
Réseaux sociaux
Facebook Acim        LinkedIn Acim
Newsletter entreprendre
en méditerranée
Votre courriel


Votre adresse ne sera utilisée que pour la newsletter et ne sera en aucun cas diffusée ou transmise.
Rechercher
Regard
Diasporas


01/09/2012 

Par E. Mouhoub Mouhoud, de l'Université Paris Dauphine, paru en juin dans la revue Afkar de l'IEMED (Barcelone)

Analyse du lien migration/diasporas/mobilité

Les diasporas jouent un rôle clé dans l’accompagnement du rattrapage technologique et du décollage économique. Le droit à la mobilité se révèle efficace.

La plupart des études ont reconnu le rôle clé que les migrations peuvent avoir dans le développement de leur pays d’origine, à travers le renforcement des échanges commerciaux, les investissements, les transferts de fonds, de compétences et de technologies. Pour cette raison, leur renforcement est devenu un argument récurrent dans les nouvelles stratégies de développement des organismes internationaux. En fait, contrairement aux prédictions des théories traditionnelles du commerce international (Mundell, 1957), la libéralisation des échanges de biens et de services ne remplace pas la mobilité internationale des facteurs de production, travail ou capital. Cette idée de substitution entre migrations et commerce a longtemps inspiré les politiques d’immigration préconisées par certaines organisations internationales ou par les gouvernements des pays de l’OCDE : les accords régionaux de libéralisation commerciale devaient conduire à terme à une diminution de l’incitation à émigrer. Le renforcement de la spécialisation selon les avantages comparatifs des pays qui s’ouvrent à l’échange contribuerait à diminuer l’incitation à émigrer. Les politiques dites de co-développement sont fondées sur la même croyance selon laquelle plus d’emplois au Sud égale moins d’émigration vers le Nord...



 
Dans cette rubrique...